Avertir le modérateur

25/03/2009

Sarkozy : le spectre sécuritaire contre la revendicationsociale .


Entre provocation et démagogie Nicolas Sarkozy a tenté, pendant plus d’une heure, dans un discours aux accents sécuritaires, de justifier son action, et à refuser de revenir sur ses réformes. Il a repoussé toute idée de loi contre les rémunérations des patrons.

A quelques « détails » près le discours prononcé ce soir à Saint Quentin (Aisne) par Nicolas Sarkozy ressemblait à s’y méprendre a celui formulé le 25 septembre dernier à Toulon. Affichage d’un volontarisme politique sans faille, devoir de dire la « vérité » au Français sur la gravité de la crise que traverse le pays, rappel des « valeurs » et de la nécessaire « moralisation » du capitalisme, un exercice de démagogie dans lequel le chef de l’Etat ne connaît guère de concurrence.

Mais depuis Toulon, quelques millions de Français sont descendus dans la rue pour manifester leur opposition à la politique menée par la droite, et Nicolas Sarkozy a cru bon de « resserrer » son discours pour s’adresser prioritairement au noyau dur de son électorat.

Jouant jusqu’à la caricature la carte de la division il s’est fait le porte voix de cette France « qui ne proteste pas ». « J’ai aussi la responsabilité de ceux qui ne défilent pas, cette majorité silencieuse, qui n’a pas les moyens de faire grève, pas les moyens de protester ou qui veut privilégier le travail », a déclaré le chef de l’Etat. La France qui se tait est venue remplacer la France qui se lève tôt.

Pire, à l’heure ou sa politique est critiquée jusque dans son propre camp, l’hôte de l’Elysée refuse de faire marche arrière « En tout état de cause, je n’arrêterai pas les réformes. (…) Je ne reviendrai pas sur mon engagement de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. », a prévenu le chef de l’Etat.

Mais l’autisme de Nicolas Sarkozy devant les situations de détresse qui se multiplient et les revendications populaires comporte un risque d’effervescence sociale qu’il alimente tout en prenant soin de s’en prémunir. Ainsi le chef de l’Etat a-t-il consacré une large part de son allocution aux « libertés » : « les libertés, tout le monde en parle, mais moi je veux en parler sérieusement, à ma manière », a lâché le président de la République avant de se lancer dans une plaidoirie aux accents populistes et ultra sécuritaires. « La liberté c’est aussi de pouvoir prendre le métro sans se faire agresser par des voyous. La liberté c’est de pouvoir envoyer ses enfants à l’école sans avoir peur qu’ils se fassent racketter. C’est le droit de ne pas se faire insulter, de ne pas se faire diffamer. » a déclaré le chef de l’Etat pour justifier dans la foulée un scandaleux recours à la répression en proposant que « désormais la seule appartenance à une bande pourra être sanctionnée pénalement d’une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison », qualifiant au passage « d’inacceptables » les évènements qui se sont produit en Guadeloupe et en Martinique. « Ceux qui ne veulent pas comprendre on va les aider à comprendre », a-t-il encore ajouté.

Sur le registre de la refondation capitaliste, Nicolas Sarkozy semble moins pressé de légiférer. D’ailleurs depuis le discours tonitruant de Toulon, en septembre 2008, pas le moindre de texte de loi n’est arrivé jusqu’au parlement. « J’ai demandé aux partenaires sociaux de se saisir de ce sujet. Mais je veux leur dire que si aucun progrès significatif n’est accompli d’ici au mois de juin, je prendrai mes responsabilités. Je suis prêt, dès l’automne, s’il le faut, à demander au gouvernement de déposer un projet de loi. » D’ici là, peut être que si Nicolas Sarkozy ne veut pas comprendre, le mouvement social « va l’aider à comprendre ».

Frédéric Durand

site de l'Huma

04:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu