Avertir le modérateur

31/05/2010

Marie-George Buffet : Gaza après le massacre...

Marie-George Buffet :
Gaza : après le massacre, la France et les Européens doivent contraindre Israël à lever immédiatement le blocus

Je tiens à exprimer ma condamnation et mon indignation devant l’attaque meurtrière de l’armée israélienne contre la flottille de 6 navires de matériels humanitaire destiné à Gaza. Il est intolérable que le gouvernement israélien puisse ainsi utiliser la force armée au prix d’un véritable massacre avec pour seul objectif de faire respecter quoiqu’il en coûte un blocus illégal et illégitime. En ces heures dramatiques la solidarité avec le peuple palestinien doit se marquer avec force.

Une fois encore Israël se met en dehors des règles les plus communément admises dans les relations internationales. Cette attaque injustifiable et consternante suscite une forte émotion. Elle doit conduire les autorités françaises et leurs partenaires européens à rappeler fermement Israël au respect du droit international et à prendre les initiatives qui s’imposent.

Le blocus de Gaza doit être immédiatement levé, à défaut des sanctions internationales lourdes devraient être prises, notamment la suspension de l’accord UE/Israël. La France doit exiger la réunion d’urgence du Conseil de sécurité afin d’ examiner la grave situation ainsi créée et pour décider collectivement des mesures nécessaires pour contraindre Israël à appliquer les résolutions de l’ONU.

Marie-George Buffet

Secrétaire nationale Du PCF

Paris, le 31 mai 2010

21:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2010

Les maisons d'assistants marternels risquent de devenir des structures Low cost .

Accueil > Elunet > Actualités > CIDEFIL > Cidefil 28 mai 2010

 

 

Cidefil 28 mai 2010

vendredi 28 mai 2010

 

Le Parlement a adopté définitivement le 27 mai 2010 une proposition de loi sénatoriale visant à donner un cadre juridique aux maisons d’assistantes maternelles. La création de maisons d’assistantes maternelles (quatre maximum) dans un local hors du domicile est autorisé. Chaque assistante pouvant prendre en charge quatre enfants.

Elles sont placées sous le contrôle du service de la PMI (protection maternelle et infantile) et sont payées directement par les parents. Ces derniers emploient une seule assistante mais autorisent celle-ci à déléguer temporairement la garde de leurs enfants à leurs collègues travaillant dans la même maison.

La délégation d’accueil ne sera pas obligatoire, ne sera pas rétribuée et nécessitera l’accord écrit de l’assistante maternelle délégataire.

Le collectif “pas de bébés à la consigne” appelle a manifester le 29 mai dans toute la France.

Brigitte Gonthier-Maurin a expliqué le vote contre du groupe CRC-SPG estimant que “la garde des enfants est un sujet souvent crucial pour les mères qui veulent conjuguer vies familiale et professionnelle. Hélas, nous craignons que cette proposition de loi ne détériore l’offre collective. En effet, il manque aujourd’hui 400 000 places. Le Président Sarkozy en a promis 200 000, dont 100 000 en mode collectif… Nous en sommes loin !

Vu la pénurie des places d’accueil, les élus doivent chercher tous les moyens d’y remédier, mais la raréfaction des ressources les incite à privilégier la quantité, non la qualité.

De fait, les maisons d’assistants maternels risquent de devenir des structures low cost. Une convention collective serait utile pour définir des objectifs pédagogiques.

Cette proposition de loi ne répondra pas au besoin des familles modestes : l’absence de tarif social dans les nouvelles structures est un véritable scandale.

La non-rémunération des délégations institue le travail gratuit ; Les contentieux se multiplieront.

Notre groupe votera contre le renoncement à la qualité : les assistants maternels pourront garder quatre enfants dans une structure qui en compte seize, après seulement 60 heures de formation.”

17:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Contre les coups de force,mobilisation démocratique .

Contre les coups de force, mobilisation démocratique

 

Pour être sûr de pouvoir appliquer leur insoutenable purge sociale, les autorités de Bruxelles et le Président de la République veulent procéder à un véritable coup de force. Certains pays connaissent encore des coups d’état. En Europe, on procède de manière plus douce en préparant  le coup d’état social. En effet, le Président de la commission de Bruxelles, qui ne doit sa légitimité qu’à de bizarres et ambigus accords au sein du Conseil des chefs d’Etats et de gouvernements et à une alliance tout aussi curieuse au sein du Parlement européen, demande que désormais les budgets nationaux soient d’abord examinés par l’instance qu’il dirige, non élue par les citoyens. A cette dernière le pouvoir exorbitant de dire s’ils sont bons ou mauvais. Selon quels critères ? Ceux de l’austérité et de la régression sociale.  De ce fait, les Parlements nationaux qui, déjà, passent beaucoup de temps à transférer les directives européennes, seraient dessaisis de l’une de leur mission essentielle : celle de choisir les moyens d’alimenter le budget national et celle de l’utilisation de l’argent public, celui des contribuables.

M. Sarkozy, jamais en retard quand il s’agit de se coucher devant les diktats de cette commission, les injonctions de l’Allemagne et surtout pour s’agenouiller devant la grande finance internationale, veut inscrire dans la Constitution française l’obligation pour tout gouvernement qui commence une législature de se fixer l’objectif de réduire les déficits sur cinq ans. Evidemment, dans son esprit, c’est pour réduire les dépenses publiques et sociales utiles. Car au nom de la sacro sainte compétitivité, de la concurrence dite « libre » et prétendument « non faussée », l’imposition sur les plus fortunés et le grand capital ne risque rien. Au contraire, elle sera  encore allégée. La philosophie du Chef de l’Etat, exposée devant la conférence sur les déficits,  consiste à réduire les dépenses sociales contre la maladie, pour les retraites, tout en augmentant le pillage du travail salarié. Ne vient-il pas de rogner une allocation pour les plus pauvres et de créer 22 impôts nouveaux? Ne se concocte-t-il pas en ce moment même dans les palais gouvernementaux des projets d’augmentations d’impôts, de la CSG, de suppression de 100 000 emplois dans les services publics, de recul du droit à la retraite à 60 ans, de blocage généralisé des rémunérations du travail ?

Sans oublier l’objectif de rationner le budget des collectivités locales, qui constituent pourtant les trois quart des investissements publics, source  d’emplois. M. Sarkozy tente ainsi de maîtriser l’orientation de la gestion des collectivités locales que le suffrage universel a confiée en grande partie à la gauche. En combinant cette décision avec la réforme des collectivités territoriales, il tente un coup de force général.

Dire ceci ne signifie pas être indifférent au déficit et à la dette. Mais l’un et l’autre sont la conséquence, pour l’essentiel, de la  baisse des recettes qu’entraînent, d’une part, les réductions d’impôts sur le capital et les plus fortunés, le service de la dette qui coûte plus de 40 milliards chaque année au pays et qui rapporte beaucoup aux banques. D’autre part, à l’insuffisance de l’activité économique que provoquent la pression sur le pouvoir d’achat, le chômage, la précarité du travail.

Le grand enjeu de l’heure est donc de refuser ce coup de force et la purge sociale en préparation. Il est à l’action unitaire pour la justice sociale, la justice fiscale, la justice écologique contre la haute finance internationale. Il est aussi de changer profondément les fondements de l’Europe actuelle. Constitutionnaliser le refus des déficits revient à ligoter le Parlement, toute nouvelle majorité parlementaire et tout gouvernement futur. C’est bien un coup d’état social accompagné d’un recul sans précédent de la démocratie qui permettrait aux marchés financiers, quels que soient les choix des électeurs, d’imposer à  l’Etat, à la sécurité sociale, et aux collectivités territoriales, une norme budgétaire ultralibérale.  A l’horreur économique et sociale s’ajoutera le recul des libertés et de la démocratie. Et tout cela pour s’enfoncer davantage dans la crise du système capitaliste!

Le besoin d’unité populaire est immense pour se défendre ensemble, et défricher les voies d’un changement démocratique et progressiste. C’est en ce sens que nous vous invitons à participer à un forum sur le thème : « sortir de la crise en Europe », les 4 et 5 juin prochains. De nombreux économistes, des parlementaires, des syndicalistes, des intellectuels, d’horizons et de sensibilités divers, ont déjà annoncé leur participation. C’est aussi pour vous être plus utile, pour être plus efficace dans les rudes combats qui nous attendent que l’Humanité Dimanche se rénove cette semaine. N’hésitez pas à le faire connaître, à le faire lire, cela comptera pour modifier le rapport des forces politiques et sociales en faveur du monde du travail et de la création. C’est nécessaire. C’est urgent !

 

Pour recevoir automatiquement les dernières actualités de ce blog cliquez ici

 

.

16:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu