Avertir le modérateur

31/03/2009

Acte ultime .

Editorial par Jean-Emmanuel Ducoin

Au seuil de la tristesse et du recueillement, quand toutes les frontières de la douleur ont déjà cédé sous les assauts du monstre de l’injustice, certains mystères indépassables franchissent parfois l’étroite porte de la raison d’où l’on devine l’entraperçu des consciences. Fouiller sans relâche l’obscurité du mode opératoire que les spécialistes nomment « le passage

à l’acte » n’exonère en rien la somme interprétative

des interrogations légitimes. C’est en amont qu’il faut puiser la sève du mal, en extirper le poison essentiel. Comprendre. Pourquoi. Comment… L’insupportable suicide la semaine dernière de Philippe Widdershoven, ce délégué syndical CGT de l’usine de porcelaine Deshoulières de Chauvigny, dans la Vienne, retrouvé mort dans un étang, nous oblige donc à une infinie compréhension, doublée d’une dénonciation

qu’il a lui-même portée

à la connaissance de tous. C’est bien la souffrance

au travail qui l’a tué.

Jour après jour.

En accord avec ses proches, nous publions quelques extraits

d’une lettre que Philippe Widdershoven, cinquante-six ans, avait laissée.

Les accusations qu’il formule noir sur blanc sont sans appel : pressions professionnelles, menaces… En quelques mots, il met

en cause le mode de management de la direction

et éclate sous nos yeux rougis l’ampleur de sa détresse. En somme tout est dit, à la lisière des sentiments,

dans son extrême dualité : entre envie d’en découdre

et profonde désespérance. Conscient de son geste,

qui survient après un éprouvant plan social frappant 70 salariés, Philippe y réclame explicitement que son suicide soit considéré comme un accident du travail.

Ce ne serait que justice, d’autant qu’un arrêt de la Cour de cassation de 2007 a permis une avancée jurisprudentielle : la définition de l’accident du travail contient désormais les mots « par le fait du travail ».

Il ne s’agit pas d’autre chose…

La longue histoire de cette entreprise de porcelaine symbolise à elle seule le destin du monde marchand, caricaturant jusqu’aux limites l’évolution

du capitalisme. Du paternalisme infantilisant

à la financiarisation avilissante. Figure là tout

ce que l’on sait de l’évolution des conditions de travail au sein de l’économie dite « libérale », la pression,

le harcèlement moral, l’humiliation, la subordination, la concurrence entre salariés « égaux » (même en statut), l’individualisation croissante des responsabilités,

la désaffiliation, etc. Les transformations les plus récentes de l’organisation du travail ne se traduisent pas seulement par le chômage de masse et la précarité croissante des conditions sociales à l’entreprise.

Sous la menace permanente du licenciement, elles ont modifié radicalement tous les rapports au marché

du travail, lui-même de plus en plus « compétitif » et où s’additionnent les formes atypiques d’emploi, le temps partiel, l’intermittence, l’intérim… Dès lors les salariés sont soumis à d’épouvantables pressions pour être mobiles, adaptables, flexibles. Le rapport au travail n’est-il pas souvent la racine de la crise des valeurs ? Comment expliquer sinon, face à l’indignité

des situations, la dramatique multiplication des suicides, comme on l’a constaté depuis des mois dans tous les secteurs : Renault, France Télécom, HSBC, BNP Paribas, La Poste, EDF, Sodexho, ED, IBM, etc. Très longue liste…

Le suicide comme un acte ultime de résistance ?

Le questionnement incarne en lui-même toute l’horreur de la réalité. Si les pouvoirs publics et les entreprises attendent qu’on leur apporte la preuve statistique

que ces suicides sont liés aux conditions de travail,

le décompte macabre se poursuivra longtemps. L’arbitraire est un châtiment qui affame les esprits.

Par Jean-Emmanuel Ducoin

l'Huma du 30 /03 / 09

08:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Chez Michelin,la crainte de la voie de garage .

• Michelin mise à fond sur la flexibilité • Les Bibs paient seuls les pots cassés • Michelin gonfle le chômage forcé • Les usines Michelin calent à Noël • Des parachutes troués pour les ouvriers de Kleber • Notre dossier Automobile

07:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2009

Marie-George BUFFET : Cette vidéo a donc été CENSUREE !

MG BUFFET SUR LCI

 

 

 

Marie George Buffet / Stock Option - 30/03/2009
envoyé par CN-PCF

Moment rare à la télévision française, le passage d'une députée et dirigeante communiste. L'intervention précise, pugnace, de Marie George Buffet sur LCI explique probablement pourquoi elle est interdite d'antenne ailleurs.

PS. MEME 3 MINUTES D'ENTRETIEN AVEC UN DIRIGEANT ET DEPUTEE COMMUNISTE TOUS LES ANS SUR LCI-TF1 C'EST BEAUCOUP TROP. CETTE VIDEO A DONC ETE CENSUREE PAR LCI-TF1 SUR DAILYMOTION. REMARQUEZ SUR M6, CANAL +, FRANCE 2, FRANCE 5 CE N'EST PAS PLUS BRILLANT, LA CENSURE LA, ELLE EST TOTALE, ET PERMANENTE  POUR LES MILITANTS, DIRIGEANTS, PARLEMENTAIRES COMMUNISTES DANS TOUS LES JOURNAUX TELEVISES, DANS TOUTES LES EMISSIONS.

Blog P.C.F ARRAS

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu